Terrorisme

Climat, le nerf de la paix

Pascal Canfin Directeur exécutif du WWF France

Au-delà de la tenue – nécessaire – de la Cop21 dans la ville de Paris frappée par les attentats, quels liens peut-on faire entre le climat et le terrorisme ?

Il n’y a évidemment aucun lien mécanique entre le fait qu’une région soit frappée par les conséquences du dérèglement climatique et le fait qu’elle devienne, soit victime du terrorisme, soit source du terrorisme. Mais le ministère de la Défense américain a désigné depuis quelques années le changement climatique comme un « multiplicateur de menaces ».

Le cas de la Syrie et du lac Tchad

Le cas de la Syrie est éloquent : 1 million de déplacés internes liés à une sécheresse historique entre 2006 et 2010 ont contribué à la dislocation du pays. Un million de déplacés dans un pays de 20 millions d’habitants comme la Syrie reviendrait à 3 millions de personnes fuyant en France des régions frappées par quatre ans de sécheresse. Imagine-t-on que cela n’aurait pas d’impact sur la stabilité politique du pays ?

Le cas de la Syrie est éloquent : 1 million de déplacés internes liés à une sécheresse historique entre 2006 et 2010 ont contribué à la dislocation du pays

Le deuxième exemple qui frappe les esprits est celui de Boko Haram. Le ministre de la Défense du Niger, Mahamadou Karidjo, était il y a quelques semaines à Paris pour une journée de travail – enfin – organisée par le ministère français de la Défense sur le thème « climat et sécurité ». Il rappelait que le lac Tchad, qui faisait vivre 30 millions de personnes, a perdu 80 % de sa superficie depuis 1980 et que cela engendre pauvreté, instabilité sociale, fragilisation du pouvoir parental vis à vis de jeunes qui n’ont plus aucun avenir dans cette région frontalière du Nigéria, du Niger, du Cameroun et du Tchad. Cette même région où l’influence de Boko Haram grandit et où se multiplient ses exactions.

Financement du terrorisme et pétrole

Je ferai également un deuxième lien entre climat et terrorisme. Et il passe par les pays du Golfe. Chacun le sait, même si la diplomatie française est loin d’en faire une priorité, les mouvements terroristes comme certaines filiales d’al-Qaida, en Syrie notamment, sont en partie financés par des dons en provenance des pays du Golfe comme le Koweït, le Qatar ou l’Arabie Saoudite. Ces dons ne sont pas de financements directs d’Etats (même si certains des alliés d’al-Qaida en bénéficient). Ils transitent par des fondations privées initiées ou situées dans le Golfe et dont les autorités n’ignorent rien… sans pour autant agir.

Directement ou indirectement les revenus du pétrole sont donc à la base de la puissance économique des groupes terroristes qui ont frappés la France

Or, ces financeurs des groupes terroristes tirent leur fortune de l’or noir… que nous consommons. L’EI, de son côté, qui aujourd’hui est autonome sur le plan financier, vend directement du pétrole exploité sur les territoires qu’il contrôle en Syrie et en Irak. Ce pétrole est exporté vers les zones contrôlées par Bachar El Assad en Syrie et vers la Turquie1. La façon dont la France traite – ou non – cette question du financement dans ces relations plus qu’amicales avec le Qatar et l’Arabie Saoudite mérite un débat public qui n’a jusqu’à présent pas eu lieu.

Directement ou indirectement les revenus du pétrole sont donc à la base de la puissance économique des groupes terroristes qui ont frappés la France, mais aussi bien d’autres pays comme le Liban. Sortir de notre dépendance aux énergies fossiles, qui est bien l’un des enjeux d’une Cop21 réussie, c’est aussi réduire l’argent que nous laissons chaque jour aux monarchies du Golfe et, indirectement, aux groupes terroristes. Ce n’est bien sûr pas la première raison qui doit nous amener à lutter vraiment contre le dérèglement de notre climat. Mais c’est une raison de plus !

  • 1. A paraître 30 questions pour comprendre les tensions du monde musulman Yann Mens, éditions Les petits matins.

Commentaires

JOAN LOIS

Une démonstration concrètement argumentée que le changement climatique est un multiplicateur de menaces y compris terroristes... Raisons de plus pour nous mobiliser contre des décisions aussi absurdes que la construction d'une gare TGV hors intersection ligne nouvelle et ligne classique, à 40 mn de tram du coeur de l'agglomération de Montpellier où le pôle d'échanges multimodal, libéré du passage du fret, est pour plusieurs années capable de recevoir tous les types de train avec des correspondances quai à quai... et pendant ce temps on est incapable de financer la ligne nouvelle Montpellier Perpignan; à condition d'être apte à recevoir le fret sur tout son parcours et en particulier entre Narbonne et Perpignan, tronçon où la ligne classique est déjà fragilisée et semble promise par le réchauffement climatique même limité à + 2° à la submersion marine, cette ligne permettrait de reporter de l'autoroute au rail chaque jour l'équivalent de 6 000 camions de fret du trafic entre la péninsule ibérique et le reste de l'Europe... Outre la limitation des émissions de GES et des dangereuses pollutions du diesel par particule fine, sans parler des conditions d'emploi des chauffeurs originaires souvent d'Europe de l'Est, ce report équivaudrait pour l'usure des chaussées (et donc le coût de leur maintenance couvert principalement par les impôts et les péages des voitures légères) à l'usure que provoquerait le passage de 60 millions de véhicules par jour (la courbe prise en compte notamment dans les choix de l'office fédéral helvétique de la route est exponentielle: le passage d'un seul camion de 44 tonnes 5 essieux équivaut à 145 000 voitures légères). Mettre en oeuvre des investissements durablement réducteurs du chômage, notamment par des travaux de rénovation-isolation de l'habitat ancien, est un moyen de réduire la tentation de l'exil djihadiste notamment dans des quartiers aujourd'hui ghettoïsés (y compris dans une petite ville comme Lunel), avec des taux records de chômage (180 chômeurs sur mille actifs sur l'ensemble de la zone d'emploi d'Agde Pézenas, 1er rang sur les 304 ZE INSEE de l'hexagone).

Signaler

Pages