social

Un dialogue social pas très Smart

Sandrine Foulon

22/12/2015

La CFDT et la CGT étaient opposées à la hausse transitoire du temps de travail chez Smart. ©Eric TSCHAEN/REA

Au terme d’un feuilleton de plusieurs mois, Smart a obtenu un retour aux 39 heures payées 37. Le constructeur automobile mosellan a court-circuité les syndicats majoritaires de l’entreprise en envoyant directement aux salariés un avenant à leur contrat. Un contre-modèle qui pourrait créer un précédent.